Kitboga, le gamer en guerre contre les cybercriminels

De nombreux internautes sont régulièrement victimes d’escroqueries en ligne. Pour lutter contre ces fraudes, un ingénieur informatique devenu streamer Twitch a choisi de combattre les arnaqueurs à leur propre jeu. Sous le pseudonyme de Kitboga, il piège les escrocs et sensibilise ses abonnés aux dangers des arnaques en ligne.

Un justicier du web inspiré par une histoire personnelle

La vocation de Kitboga est née suite à la mésaventure de sa grand-mère, elle-même victime d’une fraude en ligne. Pour protéger les personnes vulnérables des escroqueries, il endosse désormais différents personnages comme Edna et les utilise pour piéger les arnaqueurs. Grâce à son talent d’improvisation et son sens de l’humour, Kitboga éclaire plus de 1,2 million d’abonnés sur Twitch et YouTube quant aux stratagèmes utilisés par les escrocs.

Si certains remettent en question l’éthique de son approche, force est de constater que les efforts de Kitboga contribuent à déjouer les opérations frauduleuses et sensibiliser le grand public aux dangers des arnaques en ligne. De plus, il collabore activement avec les autorités pour signaler les escroqueries et recueillir des preuves susceptibles d’aider à traduire les cybercriminels en justice.

Les cybercrimes, un fléau en constante augmentation

Le Centre de Plaintes Relatives aux Cybercrimes (IC3) est une plateforme permettant au public américain de signaler les délits informatiques directement au FBI. Cette institution joue un rôle crucial dans le suivi des enquêtes et la collecte de données concernant ces infractions.

En 2023, l’IC3 a enregistré un nombre record de plaintes s’élevant à 880 418, avec des pertes potentielles supérieures à 12,5 milliards de dollars. Cela représente une hausse de près de 10 % des plaintes enregistrées et de 22 % des pertes subies, comparativement à l’année précédente.

Cependant, seuls 20 % des victimes du groupe de ransomware Hive ont signalé cet incident aux forces de l’ordre. Les escroqueries liées aux investissements ont connu une augmentation notable de leurs pertes financières, passant de 3,31 milliards de dollars en 2022 à 4,57 milliards en 2023, soit une croissance de 38 %. L’hameçonnage via courriel professionnel occupe la deuxième place des crimes les plus coûteux avec 21 489 plaintes, représentant 2,9 milliards de dollars en pertes signalées. Quant à la troisième place, elle revient aux fraudes liées au support technique, également répertoriées par l’IC3.

Quand Kitboga s’allie aux autorités compétentes

En 2017, Kitboga a découvert l’ampleur des fraudes en visionnant une vidéo sur YouTube présentant Lenny, un chatbot conçu pour déstabiliser les télévendeurs malhonnêtes. Dès lors, il s’est engagé à contrer ces escrocs.

Selon le dernier rapport annuel du FBI, les Américains ont perdu la somme record de 12,5 milliards de dollars en 2023 suite à des crimes liés à Internet, ce qui représente une augmentation de 22 % par rapport à 2022. Grâce à son personnage d’Edna, Kitboga est parvenu à protéger plusieurs victimes d’escroqueries et perturber de nombreuses opérations frauduleuses.

Au mieux de sa forme, Kitboga recueille des informations précieuses auprès des arnaqueurs et les transmet aux autorités compétentes. Les données collectées permettent de renforcer les enquêtes, voire de stopper certains délits cybercriminels. Toutefois, Jerri Williams, ancien agent du FBI, met en garde contre les risques inhérents à cette méthode et soulève des questions éthiques et juridiques.

Lire  Microsoft repousse l'application de son embargo sur les entreprises russes
Vidéo : Kitboga (activez les sous-titres et la traduction)

L’éducation au coeur de la lutte contre les arnaques en ligne

Outre l’aspect divertissant de ses vidéos, Kitboga propose également un contenu pédagogique à ses abonnés. Son travail s’apparente parfois à une véritable sensibilisation aux méthodes utilisées par les escrocs et aux précautions à prendre pour se prémunir contre leurs agissements.

Néanmoins, manipuler les cybercriminels pour les attirer dans leurs propres filets peut être perçu comme une forme de « trolling » en ligne, suscitant des interrogations quant à la moralité de cette pratique. Si ni le FBI ni les services secrets n’ont confirmé leur collaboration avec Kitboga ou d’autres justiciers virtuels, il n’en demeure pas moins que ces initiatives apportent un éclairage précieux sur une problématique en constante évolution.

Laurent Amar CEO & Co Founder @FranceVerif

Doctorat Paris Sorbonne.
Expert en cybersécurité et lutte contre les fraudes et arnaques.
Co-créateur de la 1ère Intelligence Artificielle analysant la fiabilité des sites internet avec un taux d'efficacité de 99,86%.
Co-fondateur de France Verif, 1ère Intelligence Artificielle de Cybersécurité à destination des particuliers.

Cette vidéo YouTube pourrait vous intéresser, ainsi que celle-ci également.