L’UE adopte la première loi majeure au monde pour réguler l’intelligence artificielle

L’Union européenne a franchi un cap historique en approuvant la première grande loi mondiale sur la régulation de l’intelligence artificielle (IA). Ce texte, connu sous le nom d’AI Act, a été validé par les États membres de l’UE et introduit un cadre complet pour encadrer les technologies de l’IA.

L’AI Act applique une approche basée sur les risques, interdisant les applications jugées “inacceptables” telles que les systèmes de “notation sociale” qui classent les citoyens en fonction de l’analyse de leurs données, la police prédictive et la reconnaissance émotionnelle au travail et à l’école. Les systèmes d’IA à haut risque, comme les véhicules autonomes ou les dispositifs médicaux, sont évalués en fonction des risques qu’ils posent pour la santé, la sécurité et les droits fondamentaux des citoyens.

Site frauduleux ? Arnaque ? Piratage ? On vous protège !

Vous avez 35 fois plus de risque de vous faire pirater vos comptes bancaires que de vous faire cambrioler.

Points forts et points faibles de l’AI Act

Points forts

  • Confiance et transparence : L’accent est mis sur la transparence et la responsabilité, ce qui devrait renforcer la confiance du public dans les technologies d’IA.
  • Encadrement des risques : Approche différenciée en fonction des niveaux de risque, garantissant une régulation proportionnée.
  • Innovation encouragée : Le cadre législatif vise à permettre l’innovation tout en garantissant la sécurité et les droits des citoyens.
Points forts et points faibles de l'AI Act

Points faibles

  • Complexité de mise en œuvre : Les exigences variées selon les types de technologies pourraient compliquer la mise en conformité pour les entreprises.
  • Délais d’adaptation : Les systèmes d’IA actuellement disponibles disposent de périodes de transition, ce qui pourrait retarder l’application pleine et entière des nouvelles règles.
  • Impact sur les entreprises américaines : Les géants de la technologie américains devront s’adapter à ces nouvelles régulations, potentiellement onéreuses.
Lire  Le parcours incroyable de Shalev Hulio : De pegasus à la domination de l'IA israélienne

Tableau comparatif des caractéristiques

CatégorieExemples d’ApplicationsNiveau de RisqueExigences Principales
IA inacceptableNotation sociale, Police prédictive, Reconnaissance émotionnelleTrès élevéInterdiction totale
IA à haut risqueVéhicules autonomes, Dispositifs médicauxÉlevéÉvaluation stricte des risques pour la santé et la sécurité, conformité aux droits fondamentaux
IA générativeChatGPT, Google Gemini, Microsoft CopilotVariableRespect des droits d’auteur, transparence sur l’entraînement des modèles, tests réguliers, protections de cybersécurité

Un pas très important vers l’avenir de l’IA

L’adoption de l’AI Act par l’UE marque un tournant décisif dans la régulation des technologies de l’intelligence artificielle. Alors que le monde entier observe, l’Europe montre la voie en établissant un cadre législatif qui vise à équilibrer l’innovation technologique et la protection des citoyens. Le défi sera désormais d’assurer une mise en œuvre efficace et de surveiller les impacts de cette législation pionnière.

Laurent Amar CEO & Co Founder @FranceVerif

Doctorat Paris Sorbonne.
Expert en cybersécurité et lutte contre les fraudes et arnaques.
Co-créateur de la 1ère Intelligence Artificielle analysant la fiabilité des sites internet avec un taux d'efficacité de 99,86%.
Co-fondateur de France Verif, 1ère Intelligence Artificielle de Cybersécurité à destination des particuliers.

Cette vidéo YouTube pourrait vous intéresser, ainsi que celle-ci également.