L’impact révélateur de l’ia et de la cybersécurité sur les femmes, la paix et la sécurité en asie du sud-est

Un contexte préoccupant

Les enjeux systémiques mettent en danger la sécurité des femmes lorsque l’intelligence artificielle (IA) est adoptée, et les biais de genre dans les systèmes d’IA posent un obstacle significatif à l’utilisation positive de l’IA dans le contexte de la paix et de la sécurité en Asie du Sud-Est. Les femmes défenseures des droits humains (WHRD) et les organisations de la société civile féminine (WCSO) de la région sont particulièrement vulnérables aux menaces cybernétiques. Bien que ces groupes soient largement conscients des risques, ils ne sont pas nécessairement en mesure de se préparer à ces attaques ou de s’en remettre activement.

Résultats clés de la recherche

La recherche, réalisée par ONU Femmes et l’Institut des Nations Unies à Macao (UNU Macau), avec le soutien des gouvernements de l’Australie et de la République de Corée, met en lumière plusieurs aspects critiques :

Biais de genre dans l’IA

Les biais de genre dans les systèmes d’IA se manifestent sous quatre formes principales : discrimination, stéréotypage, exclusion et insécurité. Ces biais doivent être adressés pour que la région puisse pleinement bénéficier des développements technologiques. L’IA est projetée pour ajouter un billion de dollars au produit intérieur brut des pays d’Asie du Sud-Est d’ici 2030, ce qui rend essentiel la compréhension de son impact sur l’agenda femmes, paix et sécurité (WPS).

Biais de genre dans l'ia

Impact sur la paix

L’IA, lorsqu’elle est utilisée à des fins pacifiques, peut avoir plusieurs avantages, tels que l’amélioration de l’inclusivité et de l’efficacité de la prévention des conflits et du suivi des violations des droits humains. Cependant, ces technologies sont utilisées de manière inégale entre les genres, et les biais de genre omniprésents rendent les femmes moins susceptibles de bénéficier de l’application de ces technologies.

Lire  Microsoft Copilot+ : La nouvelle norme des PC optimisés pour l'intelligence artificielle et la sécurité arrive !

Utilisation militaire

Les technologies d’IA utilisées à des fins militaires présentent des risques spécifiques. Le rapport identifie deux dimensions pour améliorer la dynamique de l’IA et de l’agenda WPS dans la région : atténuer les risques des systèmes d’IA pour l’avancement de l’agenda WPS, en particulier sur les médias sociaux et d’autres outils tels que les chatbots et les applications mobiles, et promouvoir le développement d’outils d’IA conçus explicitement pour soutenir une paix sensible au genre conformément aux engagements WPS.

Cybersécurité et résilience

Le deuxième rapport, intitulé “Cybersecurity Threats, Vulnerabilities and Resilience among Women Human Rights Defenders and Civil Society in South-East Asia”, explore les risques et vulnérabilités en matière de cybersécurité dans ce contexte avec l’objectif de promouvoir la cyber-résilience et les droits humains et numériques des femmes dans toute leur diversité.

Recommandations pour l’avenir

Les recommandations du rapport incluent :

Approches inclusives

Il est essentiel de développer des politiques de cybersécurité collaboratives et inclusives, en impliquant la société civile, les gouvernements, le secteur privé et autres acteurs décisionnels pour développer des moyens appropriés de prévention et de réponse aux cyberattaques et à leurs impacts disproportionnés sur les WCSO et les WHRD.

Formation et sensibilisation

Elaborer des matériaux de formation et des modules d’apprentissage en ligne basés sur les résultats de la recherche et les consultations avec les défenseurs des droits des femmes dans la région. Ces ressources seront initialement déployées en Thaïlande et au Vietnam, avec des modules d’apprentissage en ligne et des manuels de formation disponibles en anglais, thaï et vietnamien pour les parties prenantes intéressées à partir de la mi-2024.

Formation et sensibilisation

Attention aux groupes à risque

Porter une attention particulière aux individus et organisations à risque, notamment les groupes de femmes opérant dans des contextes politiquement instables, les situations de conflit et de crise où l’espace civique se rétrécit. Ces groupes sont particulièrement ciblés en raison de la nature de leur travail, subissant des attaques misogynes et sexualisées, ce qui contribue à marginaliser encore davantage les voix des femmes.

Lire  Le défi de la cybersécurité en Australie à l'ère de l'intelligence artificielle générative

Pour l’avenir

Face à ces défis, il est crucial de promouvoir des initiatives qui soutiennent la sécurité et la participation des femmes dans le domaine numérique. Les efforts pour améliorer la dynamique de l’IA et de la cybersécurité doivent être constants et inclure une perspective de genre pour assurer une paix durable et équitable en Asie du Sud-Est. Les technologies numériques sont centrales au travail des WCSO et des WHRD, et il est impératif de créer un environnement sécurisé qui permet à ces organisations de continuer à défendre les droits des femmes sans crainte de cyberattaques. La recherche et les formations basées sur ces résultats joueront un rôle clé pour renforcer la résilience et la sécurité numérique des femmes dans cette région critique du monde.

Laurent Amar CEO & Co Founder @FranceVerif

Doctorat Paris Sorbonne.
Expert en cybersécurité et lutte contre les fraudes et arnaques.
Co-créateur de la 1ère Intelligence Artificielle analysant la fiabilité des sites internet avec un taux d'efficacité de 99,86%.
Co-fondateur de France Verif, 1ère Intelligence Artificielle de Cybersécurité à destination des particuliers.

Cette vidéo YouTube pourrait vous intéresser, ainsi que celle-ci également.