Les attaques numériques perturbatrices doublent en 2024 : la Russie soupçonnée derrière de nombreuses d’entre elles !

Une montée inquiétante des attaques

Selon Juhan Lepassaar, directeur de l’Agence de l’Union européenne pour la cybersécurité (ENISA), les attaques numériques perturbatrices, dont beaucoup sont liées à des groupes soutenus par la Russie, ont doublé dans l’Union européenne au cours des derniers mois. Ces attaques ciblent également les services liés aux élections, une préoccupation majeure avec les élections européennes prévues du 6 au 9 juin. Les autorités belges ont même mené des perquisitions au domicile et au bureau d’un employé du Parlement européen, suspecté d’ingérence russe.

Site frauduleux ? Arnaque ? Piratage ? On vous protège !

Vous avez 35 fois plus de risque de vous faire pirater vos comptes bancaires que de vous faire cambrioler.

Motivations géopolitiques et nouvelles méthodes

Lepassaar a souligné que les attaques motivées par des raisons géopolitiques ont augmenté régulièrement depuis l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022. Les cyberattaques menées par des hacktivistes contre les infrastructures européennes ont doublé du quatrième trimestre 2023 au premier trimestre 2024. Ces attaques, bien que souvent infructueuses, sont souvent testées en Ukraine avant d’être étendues aux pays de l’UE. Lepassaar considère ces attaques comme une partie de la guerre d’agression menée par la Russie.

Menaces liées à l’intelligence artificielle

Les experts mettent en garde contre l’utilisation croissante des outils d’intelligence artificielle pour cibler les électeurs occidentaux avec des informations trompeuses ou fausses, notamment des vidéos et des clips audio hyperréalistes connus sous le nom de deepfakes. Les agences de cybersécurité des États membres de l’UE ont souligné que la désinformation et la manipulation de l’information facilitées par l’IA représentent une menace majeure.

Lire  L'UE adopte la première loi majeure au monde pour réguler l'intelligence artificielle
La sécurité des applications d'IA open-source : défis et solutions

Recommandations pour l’avenir

ENISA a identifié plusieurs secteurs nécessitant une attention particulière, notamment la production alimentaire, la gestion des satellites et les véhicules autonomes. Lepassaar plaide pour une intégration de la cybersécurité dans les habitudes quotidiennes, comparable à la vigilance requise en conduisant.

Points clés pour une cybersécurité renforcée

  • Résilience des agences électorales : ENISA a mené des exercices et des consultations pour renforcer la résilience des agences liées aux élections dans l’UE.
  • Conscience et éducation : Il est crucial de sensibiliser la société à la sécurité numérique, de la même manière que nous comprenons la sécurité dans l’environnement routier.
  • Collaboration internationale : Les experts américains et européens collaborent pour anticiper les menaces numériques émergentes et les vulnérabilités au cours de cette décennie.

Vers un futur numérique sécurisé

La cybersécurité doit devenir une seconde nature pour les concepteurs et les consommateurs. Tout comme nous sommes conscients des dangers sur la route, nous devons développer des comportements similaires dans l’environnement numérique. La montée des attaques perturbatrices souligne l’importance de la vigilance et de la préparation face aux menaces numériques croissantes. En intégrant la cybersécurité dans notre quotidien, nous pouvons construire un avenir numérique plus sûr pour tous.

Mehdi Bellatig

Master en Sciences Sociales
Expert en cybersécurité et lutte contre les fraudes et arnaques en ligne.
Co-créateur de la 1ère Intelligence Artificielle analysant la fiabilité des sites internet.
Co-fondateur technique de France Verif, le premier outil pour la sécurité numérique globale des particuliers.